Forum des passionnés des MZ

Vous aimez votre mz, vous êtes cool et vous aimez partager : ce forum est fait pour vous

Décembre 2018

LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Derniers sujets

» Achat d'une MZ: besoin d'avis
Aujourd'hui à 9:45 par Guzzi1950

» anniversaire
Aujourd'hui à 9:31 par gilou

» phare avant LED
Aujourd'hui à 7:13 par jyva28

» Leboncoin 2018
Aujourd'hui à 6:30 par jyva28

» Belles photos
Aujourd'hui à 6:20 par pilou64

» allez on remet ca! ETZ 125 '90
Aujourd'hui à 4:33 par bevilacqua

» Humour du jour
Hier à 18:40 par jyva28

» Remise en route de la 125 TS de Dany45
Hier à 17:46 par bevilacqua

» rencontre forumeur en rhone alpes
Hier à 17:43 par bevilacqua


    ?Question méca, heu...métaphysique.

    Partagez

    MAK1
    Envoyé special
    Envoyé special

    Nombre de messages : 147
    Date d'inscription : 01/12/2012
    Localisation : yonne
    Humeur : Heu... bah... hein ?

    ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  MAK1 le Ven 5 Oct 2018 - 19:40

    bjr
    Bon, ce n'est pas une question originale, mais j'avoue ne pas vraiment trouver de réponse claire.
    Voici: comment se fait-il que, en particulier sur les deux-roues motorisés, on ait une usure piston/segments/cylindre beaucoup plus rapide sur un deux-temps que sur un quatre-temps ?
    Selon ma logique, qui vaut ce qu'elle vaut, ça devrait être l'inverse.
    D'accord, on a un cycle moteur par tour au lieu d'un tous les deux tours pour le quatre-temps, mais souvent un deux-temps tourne nettement moins vite (nos MZ), un quatre-temps prend souvent 3000 tours de plus à cylindrée égale. Les taux de compression sont aussi généralement inférieurs  en deux-temps.
    La lubrification du haut-moteur "devrait" être plus efficace du fait d'une proportion d'huile dans la chambre de combustion. De plus, l'huile est toujours "neuve" et ne vieillit pas dans un carter.

    Alors quoi ? Métallurgie et usinages différents? Opération du saint-esprit ? Malédiction ?

    Je me doute que la réponse doit-être bien plus simple et triviale que ça, et ça ne m'empêche pas de dormir, mais quand même un peu...  zen
    avatar
    samyb
    Redac'chef
    Redac'chef

    Nombre de messages : 1927
    Date d'inscription : 23/01/2017
    Localisation : Ile de France

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  samyb le Ven 5 Oct 2018 - 19:52

    Bonne question :



    Toujours pas de réponse ?





    zen

    MAK1
    Envoyé special
    Envoyé special

    Nombre de messages : 147
    Date d'inscription : 01/12/2012
    Localisation : yonne
    Humeur : Heu... bah... hein ?

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  MAK1 le Ven 5 Oct 2018 - 20:15

    @samyb
    A ce stade, une seule solution: le rasoir !
    avatar
    olieric
    Redac'chef
    Redac'chef

    Nombre de messages : 1179
    Date d'inscription : 30/05/2017
    Age : 65
    Localisation : Le Pont, 56130 MARZAN
    Humeur : passagère

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  olieric le Ven 5 Oct 2018 - 21:03

    Ben, il suffit de regarder un cylindre - l'intérieur, bien sur - pour s'apercevoir que:

    il y a dans la paroi du cylindre des canaux de transfert qui sont ouverts.
    Le gaz air+essence arrive par la pipe de carbu dans le carter moteur.
    Quand le piston descend, il pousse ce gaz neuf qui est en bas, vers le haut par ce canal transfert
    Et en même temps les gaz brûlés sortent en toute hâte vers le collecteur d'échappement.
    Alors, transferts plus sortie échappement, ça fait beaucoup de TROUS dans la paroi du cylindre.
    À chaque passage devant ces ouvertures béantes, le segment en prend un grand coup dans la tronche.
    pour faire son travail de pompe recto/verso le piston a une jupe assez longue (alors qu'un piston de 4T sera très léger avec une jupe à ras la touffe, si j'ose ainsi dire)... C'est impudique.
    Le piston aussi passe devant ces ouvertures du cylindre.
    Tout se monde qui se donne des claques en montant et en descendant, ça finit par créer une ambiance déplorable.
    Donc, c'est pas étonnant qu'à un moment les nerfs craquent.
    Une bonne séance de rééducation psychomotrice chez le bon docteur et c'est reparti.

    Note que je préfère rééduquer un piston-cylindre de 2T plutôt que tenter une thérapie longue sur une culasse de Sous Pape et son arbre et sa chaîne de distri...
    Tu vois où ça mêne ces trucs. Faut quand même voir que la thérapie pour une culasse à sous Pape, c'est pas donné et très mal remboursé. À moins d'avoir la mutuelle de la Banque de France... C'est pas pour tout le monde
    avatar
    Jef
    Redac'chef
    Redac'chef

    Nombre de messages : 3308
    Date d'inscription : 28/04/2011
    Age : 61
    Localisation : Morvan
    Humeur : J'essaye d'etre cool

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  Jef le Sam 6 Oct 2018 - 10:30

    Contrairement à ce que tu pense, la lubrification des 2T, si elle est suffisante pour assurer le fonctionnement du moteur, n'est pas aussi intense qu'en 4T ou l'huile ruisselle littéralement sur les parois du cylindre au point qu'il faille utiliser un segment "racleur".

    De plus en général les pistons de 4T ont une surface de contacte avec le cylindre bien inférieure à celle des 2T de même cylindrée, ces phénomènes ainsi que le double de temps moteur à régime identique génère une température de fonctionnement supérieure sur les 2T.

    En bref un piston de 2T est soumis à plus de contraintes qu'un de 4T (à cylindrée et puissance équivalente) d'où plus grande usure

    MAK1
    Envoyé special
    Envoyé special

    Nombre de messages : 147
    Date d'inscription : 01/12/2012
    Localisation : yonne
    Humeur : Heu... bah... hein ?

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  MAK1 le Sam 6 Oct 2018 - 19:00

    Bon d'accord, vos arguments sont convaincants.
    Reste plus qu'à inventer le deux-temps en jupe courte et sans, heu... transferts.  Mais je m'égare... geek
    avatar
    jyva28
    Redac'chef
    Redac'chef

    Nombre de messages : 3192
    Date d'inscription : 31/03/2013
    Age : 68
    Localisation : Eure & Loir
    Humeur : Ça dépend des jours !

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  jyva28 le Sam 6 Oct 2018 - 20:22

    MAK1 a écrit:Bon d'accord, vos arguments sont convaincants.
    Reste plus qu'à inventer le deux-temps en jupe courte et sans, heu... transferts.  Mais je m'égare... geek

    Ça existe !
    Les gros moteurs diesel 2 temps sont montés comme ça, sans transferts . . .
    avatar
    olieric
    Redac'chef
    Redac'chef

    Nombre de messages : 1179
    Date d'inscription : 30/05/2017
    Age : 65
    Localisation : Le Pont, 56130 MARZAN
    Humeur : passagère

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  olieric le Sam 6 Oct 2018 - 21:13

    Oui, et quelques petits génies de chez MZ ont bien créé des moteurs de course à admission par disque rotatif.
    Mais quoi qu'il en soit, même en passant par un disque ou une boîte à clapets, le gaz combustible doit bien rentrer dans le haut du moteur, au dessus du piston.
    Et comme il n'y a pas de soupapes dans la culasse, c'est par la paroi du cylindre que tout se passe: arrivée, départ.
    L'économie générale d'un moteur deux temps est assez favorable.
    avatar
    Gas23
    Grand reporter
    Grand reporter

    Nombre de messages : 583
    Date d'inscription : 06/12/2014
    Age : 71
    Localisation : Bénévent l'Abbaye Creuse
    Humeur : Généralement bonne

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  Gas23 le Sam 6 Oct 2018 - 21:22

    jyva28 a écrit:
    MAK1 a écrit:Bon d'accord, vos arguments sont convaincants.
    Reste plus qu'à inventer le deux-temps en jupe courte et sans, heu... transferts.  Mais je m'égare... geek

    Ça existe !
    Les gros moteurs diesel 2 temps sont montés comme ça, sans transferts . . .
    Ben non, tu te trompes, Janot, il y a bien des transferts et une lumière d'échappement sur les 2 temps diesel et semi-diesel...

    C'est juste le remplissage qui diffère d'avec nos moteurs, les gros diesel ont une alimentation en air frais directement dans les transferts par un compresseur mécanique, sans passer par le carter qui peut ainsi être garni d'huile (avec segment racleur sur le piston...).

    Les semi-diesel dits "à boule chaude" ont eux une alimentation classique par le carter.

    Voir là : http://www.precimotor.com/anibulldog.htm

    MAK1
    Envoyé special
    Envoyé special

    Nombre de messages : 147
    Date d'inscription : 01/12/2012
    Localisation : yonne
    Humeur : Heu... bah... hein ?

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  MAK1 le Dim 7 Oct 2018 - 9:11

    Et c'est encore utilisé ? Moteurs industriels ?
    avatar
    Jef
    Redac'chef
    Redac'chef

    Nombre de messages : 3308
    Date d'inscription : 28/04/2011
    Age : 61
    Localisation : Morvan
    Humeur : J'essaye d'etre cool

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  Jef le Dim 7 Oct 2018 - 10:15

    Peut être dans la marine mais il a longtemps été utilisé en agriculture et sur les péniches

    https://www.youtube.com/watch?v=pJSa8zLD5a0
    avatar
    olieric
    Redac'chef
    Redac'chef

    Nombre de messages : 1179
    Date d'inscription : 30/05/2017
    Age : 65
    Localisation : Le Pont, 56130 MARZAN
    Humeur : passagère

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  olieric le Dim 7 Oct 2018 - 11:58

    Dans la marine des années 1910, peut être...
    mais la marine d'aujourd'hui travaille dans deux directions:
    -les carènes planantes qui sortent de l'eau un maximum de surface pour diminuer la résistance à l'avancement. Voire même les foils.
    -les motorisations électriques, alimentées par batterie, génératrice thermique, panneaux solaires...

    Dans les bouquins de Henry de Montfreid, il raconte ses mésaventures avec son moteur à boule chaude.

    Contenu sponsorisé

    Re: ?Question méca, heu...métaphysique.

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 10 Déc 2018 - 10:50